• L'encre des chemins
  • Le dessin, l'écriture et la poésie sont au coeur de ma vie. J'y trouve ma voix.
Samedi 5 septembre 2009 6 05 /09 /Sep /2009 22:44
Je suis comme ça; j'ai besoin de faire tout un tas de repérage avant d'embarquer mes stagiaires à l'aventure ... ou plutôt, je préfère que ce ne soit pas trop à l'aventure... Ici un échafaudage va nous gâcher la vue, là, on ne peut pas y aller le matin parce qu'on a le soleil dans l'œil, là on n'a pas suffisamment de recul et on va attraper un torticolis, là plus de lumière à partir de 14h, ici les chiens aboient tout le long de la pause croquis, etc... Mine de rien, c'est compliqué d'organiser un stage de 5 jours ! Bon, mais je veux quand même laisser aussi la place à l'impromptu... Donc un peu d'organisation pour me rassurer, en tout cas le premier jour, après, j'avise...
Donc j'ai préparé ce premier jour, sans faire tous les dessins, mais en repérant les endroits et les lumières, les sujets et les techniques à développer.
En premier lieu, technique du crayon avec ce que j'appelle le dessin par le négatif : on fait monter les sombres pour que se dessinent les lumières. Le blanc, c'est le papier, on n'y touche pas; juste un tracé de contour pour ne pas l'oublier. Le figuier se prête au jeu, ses grandes feuilles bien reconnaissables par devant, ses trous d'ombre, de plus en plus foncés dans la profondeur.

 
Deuxième étape, après dégustation bien méritée de succulentes figues : Allez cette fois, on se passe du crayon, directement au pinceau trempé dans l'encre ... 
Cela aurait pu être les bambous, j'ai préféré le maïs; des pages et des pages de maïs, vite vite, dans l'envolée du geste! Dans la compréhension des feuilles.
Ce sont les pages de Danièle que je vous présente ici, tout le monde est coi... il y a de quoi !
 
Troisième étape : un peu plus haut, nous montons vers la source; la vue s'étend vers Figeac, dans le creux de la vallée, et vers l'Aveyron, plus loin.
Une aquarelle rapide, sans tracé, juste des repères sur la feuille. L'idée est de travailler sur la profondeur de champ, les lointains, plus pâles et bleus.
Voici l'aquarelle de Monique.

Pour le dernier dessin de la matinée, une autre technique, avec laquelle personne n'est très à l'aise : le dessin au stylo encre, direct. Et oui, ça fait peur !
Je propose le dessin de la source au pied du chêne; il permet de travailler le clair et le sombre, et aussi différentes matières : pierre, herbes, tronc... Chacun doit trouver son "écriture", hachures ou zigouigoui... et retrouver la souplesse de son poignet, car au début, que de raideur à dompter !
J'avais fait ce dessin il y a quelque mois. 

Et voici une matinée bien remplie ! En 3 heures, 4 dessins, et des tas de choses à intégrer, sur l'ombre et la lumière, sur le geste, sur le mouvement...
Pour la suite, retrouvez un résumé et quelques-uns des dessins des stagiaires sur la page  "stage août" de mon site l'encre des chemins 
Par Julie - Publié dans : Carnets de stages - Communauté : les zaccros du croquis
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés