• L'encre des chemins
  • Le dessin, l'écriture et la poésie sont au coeur de ma vie. J'y trouve ma voix.
Vendredi 20 mars 2009 5 20 /03 /Mars /2009 16:49


C'était hier - Un temps d'été accueille le printemps, le soleil vif rougit les nez, les cous et les épaules dénudées; un air de vacances en plein festival du Chaînon Manquant; un monde fou aux terrasses, les places au soleil y sont prises d'assaut; guettées par ceux de l'ombre qui aimeraient bien changer, car il est une petite fraîcheur quand même là où ils sont, dans le courant d'air des ruelles hautes, le pull remis sur les épaules, la chair de poule aux bras... Mais ça ne bouge pas, au soleil, ça s'incruste... ça nargue...
Moi je suis là, devant mon café et mon carnet, à l'ombre, c'est mieux pour dessiner ! et puis j'ai enfilé la veste à grandes poches, fourre-tout pour mes crayons et carnets, je dessine à toute vitesse avec un petit feutre fin, ce qui me tombe sous les yeux, l'ouverture vers la halle et la Place Carnot, les gens de l'ombre à la terrasse du Petit Rêve. Pourquoi à toute vitesse ? et bien parce que je n'aime pas trop dessiner au milieu de plein de gens... J'aimerais pas qu'ils viennent regarder par-dessus mon épaule... Bon, ça y est, j'ai fini; une trentaine de minutes environ, c'est le moment de rallier la manif.
 
Par Julie - Publié dans : Carnets d'ici et maintenant - Communauté : Collectif illustrateurs
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Retour à l'accueil
Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés